Du haut des cieux, je viens de là

de Anja Weinberger

Du haut des cieux – ou comment tout se passe autrement que prévu

Je suis flûtiste. Voici ce que cela signifie pour moi :

J’enseigne trois jours par semaine, non pas dans une école de musique, mais chez moi. J’ai des élèves très différents. L’un ou l’autre veut commencer à apprendre un instrument à 5, 6 ou 7 ans. C’est la majorité de mes élèves, et comme je donne aussi des cours de piano, il y a toujours quelques enfants d’âge préscolaire dans ma classe. En outre, je prépare également des élèves plus âgés ou des bacheliers à l’examen d’entrée pour des études de musique. Et il y a aussi quelques adultes qui veulent rafraîchir ce qu’ils ont appris quand ils étaient enfants. Je consacre une assez grande partie de ma vie professionnelle à cette activité et j’ai beaucoup de plaisir à accompagner mes élèves sur une partie de leur chemin de vie.

En outre, je travaille avec des collègues musiciens, je fais beaucoup de musique de chambre dans les formations les plus diverses. C’est pour cela que j’ai besoin du reste des matinées et des après-midi de la semaine. Les répétitions prennent beaucoup de temps. La plupart du temps, il faut faire un long trajet, puis la répétition elle-même (avec une pause, cela peut durer jusqu’à 4 ou 5 heures) et enfin le trajet de retour. Au préalable, il faut choisir la littérature, fixer les dates de répétition et chercher la salle adéquate. La plupart du temps, la littérature et la salle ne posent pas de problème majeur. Mais il en va tout autrement pour les dates possibles. En effet, si un quatuor figure par exemple au programme, il faut concilier quatre journées musicales différentes. Cela semble beaucoup plus simple que cela ne l’est et l’agenda en ligne Doodle est alors notre meilleur ami.

Et enfin, les concerts. En général, ils ont lieu le vendredi, le samedi ou le dimanche. Là aussi, il y a bien sûr toujours un trajet plus ou moins long. Il est plutôt rare que les concerts aient lieu en semaine. Cela implique généralement une plus grande planification, car les élèves doivent être déplacés et la famille ne doit pas être négligée le soir de la semaine. Ce dernier point est plus facile depuis quelques années, car notre fille est depuis longtemps autonome et très indépendante.

En lisant cela, il devrait être clair que l’occupation est assurée. Je n’ai jamais compté mes heures de travail hebdomadaires, mais je suis presque sûre que 38,5 heures sont déjà atteintes en milieu de semaine. En d’autres termes, je ne m’ennuie jamais. En général, ceux qui étudient la musique aiment faire leur travail. Et je fais partie des chanceux qui peuvent aussi travailler de manière indépendante.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Voici ce qui s’est passé :

Il y a quelques années, un ami m’a envoyé en automne un paquet de partitions manuscrites en me demandant de les jouer pour la première fois. J’y jette un coup d’œil et constate : difficile. Il s’agit de variations sur la vieille chanson « Vom Himmel hoch da komm ich her » (Du haut des cieux, je viens de là). Jusque-là, tout va bien. Mais ce qui semble problématique, c’est que cette œuvre assez longue est pour flûte seule, donc sans accompagnement, et qu’il y a beaucoup de notes, donc beaucoup de travail, et que, troisièmement, il s’agit d’un chant de Noël, donc d’une utilisation limitée dans le temps.

D’un côté, c’est parfait pour un concert de l’Avent, mais d’un autre côté, le public préfère tout simplement qu’un pianiste, un harpiste ou un guitariste soit présent sur scène – c’est du moins mon expérience et celle de beaucoup de mes collègues flûtistes. Je n’ai pas ressenti de véritable enthousiasme de ma part.

Au cours de la saison de l’Avent qui a suivi, je n’ai trouvé dans aucun programme de concert une bonne place pour cette œuvre ambitieuse. Et pour être honnête, je n’ai pas non plus fait beaucoup d’efforts, je n’ai même pas vraiment regardé la pièce (excuse-moi, cher W. !).

L’année suivante, le compositeur me contacte à nouveau pour me rappeler sa demande. Je ressors donc la pile du tiroir, je joue tout une fois et je dois constater que c’est … tout simplement génial. Il faut absolument que les gens l’entendent, il faut absolument que je trouve un moyen de le jouer. Une petite flûte et une telle ambiance de Noël. J’ai été surpris et enthousiasmé.

Mais comme il arrive souvent, cette année encore, il n’y avait rien à faire.

En cliquant sur l’image, vous accédez au magnifique CD d’Anja Weinberger !

Un an plus tard, j’étais déjà embarrassé. J’ai réfléchi et je suis arrivé à la conclusion qu’il ne devait pas forcément s’agir d’un concert. Je pourrais aussi jouer « Vom Himmel hoch… » à la messe. Et c’est ce qui s’est passé. Dans notre paroisse, il y a beaucoup de musique d’église et on a trouvé une petite place pour « Vom Himmel hoch… ». Le 25 décembre, lors de la messe de Noël, a donc eu lieu la première représentation si longtemps repoussée. En fait, j’étais toujours persuadé que le public ou l’assemblée resterait relativement indifférent malgré tout, et qu’il aurait peut-être même fait remarquer que le tout aurait été très bien « avec orgue ». Ma surprise et ma joie ont été d’autant plus grandes lorsque les personnes venues me féliciter se sont pressées à la fin de la messe. J’ai pu dire au compositeur que son œuvre de variations pour flûte seule avait vraiment été bien accueillie. Un auditeur m’a parlé avec le cœur lorsqu’il a dit : « Comme c’est merveilleux que cette belle chanson ancienne ne soit pas seulement chantée, mais qu’elle puisse ainsi résonner plus longtemps dans ma tête ». C’est exactement ce que j’ai ressenti. Les chants de Noël sont pour nous tous très chargés d’émotions, chacun a un autre chant préféré et de nombreux souvenirs y sont liés. En fait, il est dommage qu’ils ne soient chantés qu’à la messe ou dans le salon, mais qu’ils ne soient que rarement intégrés d’une manière ou d’une autre dans les programmes de concert.

Et cela ne me quittait pas. Finalement, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai demandé à trois amis compositeurs s’ils avaient l’envie et le temps d’écrire quelque chose de similaire pour moi. J’étais fermement convaincu qu’ils refuseraient plus ou moins directement. Mais elle était déjà là, la deuxième grande surprise liée à « Vom Himmel hoch… ». Tous les trois (trois contemporains vraiment très différents et très réussis) étaient enthousiastes et ont immédiatement demandé s’ils pouvaient utiliser telle ou telle chanson. J’ai hoché la tête sans comprendre et, quelques semaines plus tard, j’avais trois nouveaux morceaux sur mon pupitre. Ce n’est pas possible ! Mes yeux volaient sur les lignes de notes qui, cette fois, étaient heureusement écrites à l’ordinateur. Trois fois merveilleux, trois fois inhabituels, trois idées totalement différentes. Cette fois-ci, c’était très simple, car un cantor émouvant m’a demandé si je voulais peut-être jouer mes trois créations lors d’un des concerts de l’Avent locaux. J’ai bien sûr accepté et, quelques semaines plus tard, trois compositeurs étaient assis au premier rang du concert, tous venus de plus ou moins loin et tous avec une expression assez émue sur le visage, car chacun avait choisi sa chanson préférée. Comme je l’ai dit, ce sont tous les trois de vieux briscards de la profession, ils ont donc connu toutes les créations et tous les concerts, mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle j’ai été ému. Ce que des chants de Noël et une flûte peuvent faire à eux seuls.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

J’ai oublié quelque chose…

Ah oui, jusqu’à ce moment-là, mes expériences avec les commandes étaient nulles. Je n’avais pas réalisé que le compositeur demandait parfois si l’une ou l’autre chose était bien placée, comment on pourrait faire l’articulation la plus favorable et si le trille de la mesure 53 serait peut-être mieux trillé en diatonique plutôt qu’en chromatique. Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé qu’un compositeur puisse faire autre chose que d’écrire à tout va et de présenter finalement sans sourciller un morceau génial, mais peut-être difficile et peu adapté à l’instrument. J’avais tort, et en y réfléchissant bien, c’est tout à fait clair. Aucun compositeur ne maîtrise tous les instruments, la plupart des compositeurs sont des pianistes à l’origine. Il est donc juste et important de demander conseil aux spécialistes, c’est-à-dire aux instrumentistes, surtout si l’on n’a peut-être jamais écrit pour cet instrument. « Peut-on faire un pianissimo sur le do 4 ? Peut-on faire un crescendo jusqu’au si mineur ? Et le si mineur est-il vraiment sur ta flûte ? J’ai entendu quelque part que les harmoniques fonctionnaient mieux sur les longs manches, est-ce vrai ? Pourquoi les flûtistes préfèrent-ils le si majeur au la bémol majeur ? » Il y avait donc des choses de ce genre dans la pièce. J’ai pris une grande inspiration et me suis efforcé de répondre à toutes les questions aussi précisément que possible.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

C’était vraiment très amusant et j’avais du mal à croire que j’avais devant moi trois morceaux sur le pupitre, que quelqu’un avait écrits pour moi et dont j’étais d’une certaine manière responsable. En outre, il n’est évidemment pas possible d’écouter comment quelqu’un d’autre interpréterait l’œuvre, non, je suis la première à porter le nouveau morceau sur les fonts baptismaux – une énorme responsabilité, même, je trouve, et cela ressemble vraiment un peu à un parrainage.

Mais l’inattendu n’est arrivé qu’après. En effet, à peine le printemps était-il en vue qu’une compositrice m’a contacté pour me demander « Vom Himmel hoch… ». Si j’étais encore intéressé par un morceau ? Eh bien, tout à fait !

Et ce ne devait pas être le dernier coup de téléphone. Au cours des années suivantes, il y a toujours eu deux ou trois nouvelles pièces pour chaque saison. Entre-temps, une très belle forme de concert d’avant Noël s’était même développée spécialement pour le projet « Vom Himmel hoch… ». Comme de nombreux chants de l’Avent et de Noël différents ont déjà servi de modèles, le choix était très varié. De nombreux chants utilisés figurent également dans le recueil de cantiques de l’Eglise, ce qui a donné lieu à des chants endiablés dans de nombreuses paroisses au cours des semaines précédant Noël. En effet, en alternance avec la nouvelle littérature, l’auditoire réuni peut entonner le chant d’origine qu’il vient d’entendre, accompagné par l’organiste de la paroisse concernée, et volontiers même plus de strophes que cela ne serait le cas lors d’un service religieux.

« Vom Himmel hoch … » est bien sûr toujours de la partie, mais le programme comprend également « Ihr Kinderlein kommet » ou des morceaux moins connus en Allemagne comme « Masters in This Hall », « Noël, Noël » ou « Hört die Engelschöre singen ». Car, c’est à peine croyable, le projet avait depuis longtemps atteint des compositeurs à l’étranger. Et certains morceaux avaient même déjà été édités.

La collaboration avec ces personnalités si différentes s’est transformée pour moi en une véritable école psychologique et philosophique. Rétrospectivement, il me vient à l’esprit le dicton de ma grand-mère, qui disait volontiers et souvent « Le Seigneur Dieu possède un grand jardin animalier ». Comme elle avait raison !

Au fil des années, de profondes amitiés se sont développées avec certains compositeurs et compositrices, et je leur en suis très reconnaissant. Avec beaucoup d’autres, le contact est toujours maintenu et l’une ou l’autre collaboration se met en place. Et quelques-uns m’amusent encore rétrospectivement, lorsque je pense à des explications profondes, à une étonnante perception de soi, à des gesticulations véhémentes et à des mélodies chantées à haute voix au café ou au restaurant. Quel cadeau !

Enfin, à ma grande surprise (encore une fois), la possibilité s’est présentée d’aller au studio d’enregistrement et d’enregistrer un CD Vom Himmel-hoch, car la fondation culturelle a proposé de prendre en charge une grande partie des coûts. Entre-temps, il y avait plus de nouveautés qu’il n’aurait été possible d’enregistrer sur un CD et j’ai dû faire une sélection le cœur lourd.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Et la quatrième surprise ne sera pas la dernière : une maison d’édition du nord de l’Allemagne s’est intéressée au projet et un cahier entier « Vom Himmel hoch… » a vu le jour.

C’est là que l’on a vraiment compris ce qu’était le travail sur commande. Les différents morceaux ont dû être rassemblés par les différents compositeurs dispersés, les multiples programmes de musique informatique ne voulaient pas toujours travailler ensemble, le cahier devait être relu x fois. Ce qui est amusant, c’est que tout le travail d’édition avait lieu au printemps et en été – et j’avais constamment un chant de Noël sur les lèvres. Mes élèves ont été les premiers à participer au test et ont également trouvé cela étrange sous un magnifique soleil qui ne ressemblait pas du tout à celui de l’Avent.

Une grande quantité de littérature pour flûte solo a donc été rassemblée entre-temps. Du léger et du lourd, du moderne et du traditionnel, certains immédiatement reconnaissables, d’autres plus cachés, des pièces courtes et d’autres plus longues – une diversité vraiment étonnante de musiques très différentes, reliées par le seul fait qu’un chant de Noël en était l’inspiration initiale.

Et pour moi, la plus grande surprise et la dernière pour l’instant : nous sommes en train de planifier le troisième volume.

Le travail ne manquera donc pas à l’avenir.

(Texte de 2020)

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Vous souhaitez être informé des dernières activités ?
Tous les articles sur l’histoire de la flûte
Histoire de l’Autriche
La série de livres Leiermann

Pin It on Pinterest

Share This