Georg Philipp Telemann

de Anja Weinberger

Georg Philipp Telemann – un touche-à-tout du baroque

Georg Philipp Telemann (1681 – 1767) était, comme Jean-Sébastien Bach et Georg Friedrich Händel, un compositeur allemand de l’époque baroque. Et bien qu’il ait joui d’une renommée internationale comme presque personne d’autre dans le dernier tiers de sa vie, qu’il ait pu vivre très bien de son travail et qu’il ait donné au monde de la musique de nouvelles impulsions révolutionnaires, il se tient aujourd’hui dans l’ombre de ses deux collègues mentionnés ci-dessus. Quel dommage ! Afin de mieux connaître ce self-made man baroque et ce multitâche, nous allons maintenant partir ensemble.

Telemann est issu d’une famille de pasteurs de Magdebourg cultivés. Contrairement à ses collègues Haendel et Bach, il ne pouvait espérer aucun soutien de ses parents dans ses ambitions musicales. Au contraire, pour sauver son fils de la « déchéance sociale », on lui interdit de faire de la musique. Mais rien n’a aidé. Georg Philipp était tout simplement fou de musique lorsqu’il était enfant.

Il a aspiré ce qui lui est arrivé et s’est appris plusieurs instruments. Quasi « à côté » et avec de très bonnes notes, il a fréquenté l’école de la cathédrale de Magdebourg et le lycée de la vieille ville. Il y écrivait déjà des vers en français et en latin (plus tard dans sa vie, il a appris à parler couramment l’italien et l’anglais). Et enfin – vers l’âge de dix ans – il a commencé à composer de petits morceaux.

Il a reçu des leçons de chant du cantor Benedikt Christiani, qui, après quelques semaines, l’a laissé enseigner lui-même aux classes supérieures lorsqu’il en a été empêché. À part une formation de deux semaines ( !!) au piano, il ne reçoit plus de cours de musique. Difficile à croire, non ? !

À l’âge de 12 ans seulement, il compose enfin son premier opéra – Sigismundus. Et sa mère, entre-temps veuve, semblait complètement désespérée. Elle a confisqué ses instruments et a décidé de le soustraire à cette « mauvaise influence ». Il a donc été envoyé à l’école de Zellerfeld (aujourd’hui Clausthal – Zellerfeld) à l’âge de douze ans, dans l’espoir de le ramener à la raison.

Mais le destin a été favorable à l’histoire de la musique et à Telemann. Pour le commissaire de police, Caspar Calvör, a immédiatement reconnu les talents exceptionnels de Georg Philipp et l’a soutenu à tous égards. Il est en fait étonnant que la mère ne savait rien de la présence de Calvör, ou n’a pas réalisé que ce contact aurait l’effet inverse de celui qu’elle avait espéré. Calvör était connu bien au-delà des frontières de sa ville comme théologien et érudit universel. Il encourage donc le jeune Telemann à ne pas négliger l’école et à poursuivre ses intérêts musicaux.

Dès lors, il y compose presque chaque semaine des motets pour la chorale de l’église et écrit également des arias et d’autres musiques occasionnelles qu’il tente de vendre par l’intermédiaire de la Zellerfeld Stadtpfeifer.

Trois ans plus tard, à l’âge de 16 ans, il est passé au lycée de la ville beaucoup plus grande de Hildesheim. Une fois de plus, il a eu de la chance et a immédiatement reçu le soutien du directeur du lycée et du directeur musical de l’église. Là aussi, il continue à apprendre les instruments en autodidacte et peut enfin jouer de l’orgue, de la gambe, du violon, de la contrebasse, du chalumeau, de la flûte à bec et de la flûte traversière, du trombone, de la cythère et du piano. Une liste remarquablement longue.

Et enfin, les jours d’école étaient terminés. En 1701, il s’inscrit à l’université de Leipzig, où, à la grande joie de sa mère, il ne veut qu’étudier le droit. La seule chose qui nous manque – et probablement à lui aussi – est la conviction que cela va vraiment se produire. Même le choix de la ville, qui était considérée à l’époque comme la métropole bourgeoise de la musique moderne, indique ce qui est maintenant à venir.

Par hasard, une des cantates de Telemann est tombée entre les mains d’un camarade mélomane, qui l’a ensuite interprétée à l’église Saint-Thomas – le public était ravi. Le maire en a demandé plus, et l’équilibre de la musique jurassienne s’est donc modifié assez rapidement. Le signal de départ d’une brillante carrière de musicien s’est alors fait entendre.

Entre-temps, il a également eu des contacts avec George Frideric Handel, qui n’avait que quatre ans de moins. Avec lui, il entreprend un voyage à Berlin en 1702. Ils y ont entendu, entre autres, la première de « Polifemo » de Bononcini, qui avait alors connu un succès retentissant. Telemann et Händel resteront amis pour le reste de leur vie et accorderont une grande valeur à leur travail.

De retour à Leipzig, il compose désormais deux cantates de commande par mois pour le Thomaskantorei et fonde un orchestre, le Telemannisches Collegium musicum (qui sera dirigé plus tard par J.S. Bach et qui aura une grande influence sur la vie musicale de Leipzig). Soit dit en passant, Bach a aussi fréquemment fait des copies des œuvres de Telemann dans les années qui ont suivi – les gens s’aimaient bien !) Après seulement un an dans la ville, il a également dirigé des représentations de l’opéra, joué lui-même de la basse continue et chanté à l’occasion.

La légendaire querelle avec Kuhnau, à l’époque directeur municipal de la musique et Thomaskantor, n’est en fait pas surprenante. Il estimait que son honneur de conservateur avait été violé par la musique et la composition très active, progressiste, joyeuse et colorée de Telemann. D’autant plus que Telemann a été proposé comme successeur possible à Kuhnau, qui était malade (Kuhnau, cependant, est resté longtemps en vie et en fonction – son successeur n’a été Jean-Sébastien Bach qu’en 1722).

Aujourd’hui, en 1704, à l’âge de 23 ans, Telemann est devenu directeur musical de la Neukirche, puis de l’église universitaire de Leipzig. Cependant, tout cela n’a servi à rien pour la ville. Telemann voulait grandir, il voulait écouter de la musique étrangère et rencontrer des collègues.

C’est ainsi qu’il choisit finalement la cour du comte Erdmann II de Promnitz à Sorau/Lausitz comme centre de sa vie, un an plus tard seulement.

Déjà dans sa jeunesse, Telemann se sent attiré avant tout par la musique française. C’est à Leipzig qu’il a rencontré pour la première fois les membres français de l’orchestre de la cour de Dresde. Et ici, à Sorau, il a pu étudier le riche trésor musical du comte, qu’il avait ramené de son voyage à Paris. Même les œuvres de Lully en font partie, que Telemann apprécie particulièrement.

Il construit la musique de cour et compose de nombreuses suites d’ouverture. Et de là, il a voyagé en Pologne et en Moravie. La musique folklorique qui s’y trouve l’a inspiré et a laissé des traces profondes dans ses compositions.

Fidèle à l’esprit du temps, il a mélangé le meilleur de la musique de tous les pays et a ainsi très tôt façonné un style très individuel – le « Telemannic » ou « goût mélangé ».

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Cependant, dès 1706, il a dû partir pour des raisons politiques – l’armée suédoise a menacé Sorau. Il est donc amené à Eisenach comme premier violon et cantor à la cour du duc Johann Wilhelm. Le duc le nomme secrétaire, une haute distinction à l’époque.

En octobre 1709, Telemann épouse Amalie Eberlin, une fille du compositeur de Nuremberg Daniel Eberlin. Ils se sont rencontrés parce qu’elle était la dame d’honneur de la comtesse von Promnitz. Le couple n’a eu de la chance que très peu de temps, car Amalie est morte à la naissance de sa première fille en janvier 1711.

Telemann a tenté de faire face à la douleur de la mort de sa femme avec de nouveaux défis musicaux.

Il a postulé pour un emploi à Francfort et s’est rapidement installé dans la ville sur le Main en tant que directeur musical municipal et kapellmeister de l’église. Il y complète les années de cantates qu’il avait commencées à Eisenach, compose des oratorios et de la musique de chambre, organise des concerts hebdomadaires et publie ses propres œuvres. Il était connu depuis longtemps bien au-delà des limites de la ville.

Il se remarie également en 1714. L’élue était Maria Catharina Textor, membre de la classe moyenne supérieure – malheureusement, ce second mariage ne devait pas être heureux. Avec un revenu annuel de 1600 florins, Telemann était l’un des citoyens les mieux payés de Francfort.

En 1721, il s’est finalement rendu à Hambourg, s’y est installé et a travaillé dans les grandes églises de la ville. Sa principale période de création, qui a duré plus de 40 ans, pourrait commencer ! C’est ici que « Der getreue Musikmeister » et « Tafelmusik » ont été créés, c’est ici qu’il a publié ses écrits pédagogiques et c’est d’ici qu’il a pu enfin réaliser ses grands souhaits et se rendre à Paris, où il a enfin atteint une renommée internationale. Mais l’un après l’autre !

La première année à Hambourg n’était pas du tout du goût de Telemann. Il estimait qu’il n’était pas suffisamment récompensé, notamment financièrement, et que son travail et sa liberté de décision étaient limités par le Collège des Supérieurs, une association de trois anciens de la communauté de chacune des principales églises de Hambourg. Ce n’est que lorsqu’il a posé sa candidature au poste de Thomaskantor à Leipzig après la mort de Kuhnau, qu’il y a été élu à l’unanimité et qu’il a présenté sa demande de licenciement à Hambourg que ses conditions de travail ont été optimisées par le conseil. Il séjourne donc dans la ville hanséatique et Bach peut devenir Thomaskantor à Leipzig.

La même année, Telemann prend la direction de l’opéra en plus de son travail dans les cinq grandes églises de la ville et en 1723, il est également nommé « Kapellmeister von Haus aus Haus » pour le margrave de Bayreuth. Il lui fournit désormais chaque année un nombre fixe d’opéras et de musique de chambre. De 1725 à 1730, il a servi le duc de Saxe-Eisenach en tant qu’agent et a fait des reportages.

On ne peut qu’affirmer Telemann a dû être un paquet d’énergie pour accomplir tout cela. De plus, il était très largement en réseau et sa musique, mais aussi son opinion sur les tendances contemporaines étaient très demandées.

En 1728, il a ensuite fondé avec Johann Valentin Görner le « Faithful Music Master », un journal musical destiné à promouvoir la pratique de la musique à domicile et contenant également des exemples de compositions d’autres musiciens tels que Zelenka et Keiser.

Son intérêt pour les instrumentations inhabituelles était déjà perceptible ici. Un exemple en est la Sonate pour violoncelle et basse continue – jusqu’alors, le violoncelle n’était pas utilisé comme instrument mélodique dans la musique de chambre. Mais les « duos canoniques » et les « duos sans basse » font également partie de ces nouvelles formes.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

En 1728, il a ensuite fondé avec Johann Valentin Görner le « Faithful Music Master », un journal musical destiné à promouvoir la pratique de la musique à domicile et contenant également des exemples de compositions d’autres musiciens tels que Zelenka et Keiser.

Son intérêt pour les instrumentations inhabituelles était déjà perceptible ici. Un exemple en est la Sonate pour violoncelle et basse continue – jusqu’alors, le violoncelle n’était pas utilisé comme instrument mélodique dans la musique de chambre. Mais les « duos canoniques » et les « duos sans basse » font également partie de ces nouvelles formes.

Cependant, la vie familiale et conjugale n’est pas aussi réussie que la vie professionnelle. Entre-temps, la famille était très nombreuse et Maria Catharina n’était apparemment pas à la hauteur. Elle a perdu beaucoup d’argent au jeu et a trompé son mari. En 1735, après 21 années de mariage laborieux, ils divorcent. Les conséquences financières n’ont pas été les seules à être désagréables.

Au début et au milieu des années 1930, Telemann a développé un intérêt particulier pour l’instrument individuel.

En plus des 12 Fantaisies pour violon seul, il a également écrit 12 Fantaisies pour flûte seule et 36 pour clavecin. Les manuscrits perdus des 12 Fantaisies pour viole seule ont heureusement été redécouverts dans un ménage privé en 2015. Pourquoi cet intérêt ? Jamais auparavant un compositeur – à l’exception de Bach pour l’orgue – n’avait réfléchi aussi longuement et profondément à la possibilité de faire de la musique sur un seul instrument.

Des œuvres ont été créées dans lesquelles une volonté originale et naturelle de faire de la musique voudrait innover. En outre, ces trois collections sont également conçues de manière didactique, en se promenant dans le cercle des quintes et en servant un maximum d’individualité musicale. On y trouve tous les styles, formes et tonalités contemporains, et même les formes d’articulation les plus diverses.

Au plus haut niveau instrumental, une polyphonie complexe doit également être présentée parfois à la flûte, au violon et à la gambe. Le joueur doit utiliser toutes ses capacités – ou même les développer – pour rendre ces œuvres audibles et compréhensibles.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

En 1737, le célèbre compositeur a pu réaliser un souhait qui lui était cher depuis longtemps. Il se rend à Paris à l’invitation du flûtiste Blavet, du violoniste Guignon et du gambiste Forqueray.

Ses « Quatuors parisiens » ont été écrits spécialement pour cette rencontre. Tous les mouvements du quatuor ont été confiés à deux voix de basse continue différentes, l’une pour la viole de gambe et l’autre pour le violoncelle, plus récent et plus prometteur. Un autre exemple très typique de l’approche pratique de Telemann en matière de création musicale.

Il a également écrit un « Grand Motet » qui a été joué spirituellement dans le Concert, alors très élitaire – plusieurs fois de suite pour permettre à tous ceux qui s’y intéressaient de s’émerveiller devant l’œuvre.

Telemann a été le premier étranger à recevoir cet honneur.

Dans les années suivantes, Telemann compose relativement peu.

Trois grands oratorios étaient encore en cours d’écriture et une ou deux œuvres sacrées et profanes. Il s’est consacré avec beaucoup de dévouement à la collecte de plantes rares. Haendel et Pisendel leur rendirent la pareille en envoyant des graines rares pour les œuvres qu’ils avaient reçues. Mais il a également pris contact avec des botanistes célèbres de son temps.

À partir de 1755, sa santé se détériore et son petit-fils Georg Michael doit l’aider à écrire de plus en plus souvent, car sa vue s’affaiblit également. Son sens de l’humour et son pouvoir d’innovation l’ont accompagné jusqu’à la fin de sa vie.

Il a composé sa dernière œuvre, la « Passion selon saint Marc » en 1767 et est mort le 25 juin de cette année à l’âge de 86 ans.

Son successeur en fonction est son filleul, Carl Philipp Emanuel Bach.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

La manière inhabituelle de composer de Telemann n’est pas si facile à apprécier pour nous, les post-hommes. Après tout, la musique de Mozart, Beethoven, Verdi ou même de compositeurs de films modernes comme Hans Florian Zimmer est entrée dans nos esprits depuis longtemps. A cette époque, cependant, cette fable avec des sons, le « cinéma de tête » émotionnel était encore inconnu. Telemann a été inégalé dans ce domaine.

Et il a fait preuve de flexibilité tout au long de sa vie, il a composé en fonction des changements de mode – pour la maison comme pour la grande scène. Le nombre d’œuvres qu’il a composées dépasse celui de Haendel et Bach réunis.

La musique folklorique de nombreux pays a afflué dans ses œuvres et il a fait un salut de la musique du baroque ou du style sensible du rococo au classicisme viennois. Il apprécie les combinaisons instrumentales inhabituelles et aide notamment le clavecin et le violoncelle à acquérir plus d’indépendance en dehors de la fonction de basse continue.

Ces caractéristiques et préférences de composition ont été victimes du « culte du génie » au plus tard au XIXe siècle. Car c’est là que le maître solitaire et surtout incompris a été glorifié. La soif de vivre et l’attention du public, en revanche, ont été considérées avec scepticisme. L’étoile de Telemann a coulé pour le moment…

Littérature utilisée :

Adorjan, Andras (Hrsg.) u.a.: Lexikon der Flöte, Laaber 2009
Scheck, Gustav: Die Flöte und ihre Musik, Leipzig 1981
Karl Grebe: Georg Philipp Telemann, Reinbek 2002

Vous souhaitez être informé des dernières activités ?

Le gâteau Sacher

L’origine de l’opérette

Ida Presti

Pin It on Pinterest

Share This