Qui connaît Theobald Böhm ?

von Anja Weinberger

Il est très facile de répondre à cette question : c’est surtout nous, les flûtistes, qui connaissons Theobald Böhm. C’était un musicien de génie et il est aujourd’hui encore considéré comme l’un des plus grands inventeurs de l’histoire de la facture d’instruments de musique. Mais il s’intéressait surtout aux instruments à vent en bois, et donc en grande partie aux flûtes.  C’est pourquoi nous, les flûtistes, sommes les plus concernés…
Mais il a également exercé une influence sur certaines choses dans le domaine musical et artistique en général, et a mené une vie bien remplie et passionnante, de sorte qu’il pourrait être intéressant de mieux le connaître. Ce sera peut-être un article un peu plus spécialisé, mais qui sait, il pourrait être intéressant, n’est-ce pas ?

Pour commencer, voici un petit extrait de « Die Flöte und das Flötenspiel » (La flûte et le jeu de flûte), rédigé en 1871 par Böhm lui-même, âgé de plus de 70 ans : « Plus de 60 ans se sont écoulés depuis que j’ai commencé à jouer de ma première flûte, fabriquée par moi-même. J’étais à l’époque un orfèvre compétent et j’étais également bien entraîné au travail mécanique. J’ai donc bientôt réussi à apporter quelques améliorations importantes à … ma flûte ; mais tous mes efforts pour obtenir l’égalité des sons et la pureté de l’accord sont restés vains, tant que l’écartement des doigts pour percer les trous restait déterminant. … Je ne pouvais cependant pas entreprendre une réforme de la flûte sans sacrifier mon habileté dans le jeu, acquise par vingt ans de pratique. Mais comme, malgré tous mes succès d’artiste, les défauts de mes instruments restaient toujours perceptibles, je me décidai enfin, en 1832, à construire ma flûte à bec annulaire, sur laquelle je jouai dès l’année suivante à Londres et à Paris, où ses qualités furent aussitôt reconnues par les premiers artistes et par l’Académie des Sciences ».

Tout est en fait contenu dans ces quelques lignes. Böhm est en effet né dans l’euphorie de la flûte qui avait déjà commencé avec Quantz (1697 – 1773). Le « nouvel » instrument Flûte traversière devait pour ainsi dire lutter pour attirer l’intérêt des musiciens contre les instruments à vent en bois très répandus à l’époque, le hautbois et la flûte à bec, mais son développement technique n’en était pas encore à ses balbutiements. On avait fait quelques progrès dans la fabrication des flûtes, mais on était toujours loin d’une solution vraiment satisfaisante. Böhm arrivait donc à point nommé ! C’était un artisan extrêmement précis, un bricoleur, un penseur clair et, en plus, un excellent musicien et un compositeur zélé. C’est donc une véritable chance pour nous, flûtistes, que cet homme n’ait pas lâché le « problème de la flûte traversière ». Mais lisez vous-même !

Theobald Böhm est né le 9 avril 1794 à Munich. Il était l’aîné d’une fratrie de 11 enfants et a passé presque toute sa vie dans sa maison natale au 15 Altheimereck, au centre de Munich, non loin de St. Michael, de l’église Asam, de l’Isartor, de la Residenz et du théâtre. Plus tard, il a lui-même toujours écrit son nom « Boehm », même sur les instruments qu’il fabriquait, car ses nombreux clients et collègues étrangers ne comprenaient pas le tréma allemand « ö ».

Karl Friedrich Böhm, le père, était orfèvre et le jeune garçon a donc rejoint l’atelier familial à l’âge de 13 ans. Très vite, il devint lui aussi un orfèvre et un bijoutier hors pair et devint bientôt le collaborateur le plus efficace de l’entreprise. Ses œuvres, pour la plupart réalisées d’après ses propres dessins, étaient « remarquablement gravées, ciselées et émaillées et recevaient toujours l’approbation générale » (selon une source contemporaine). Son habileté était largement reconnue, ce qui lui valut d’être chargé de l’argenterie des squelettes de l’anatomie de Munich.

Dès son plus jeune âge, il s’était intéressé à la musique et avait joué du flageolet, un instrument à vent en bois très populaire à l’époque, appartenant au groupe des flûtes à bec et assez proche de la flûte à bec. A partir de 1810, donc assez tard à l’âge de 16 ans, Theobald prit des cours de flûte traversière chez Johann Nepomuk Kapeller, qui était depuis 1798 le premier flûtiste de l’orchestre de la cour de Munich et habitait dans la même maison que la famille Böhm. Au bout de deux ans seulement, le professeur renvoya son élève, probablement très doué, sous prétexte qu’il ne pouvait plus rien lui apprendre. C’est à cette époque qu’il a commencé à bricoler, à essayer d’améliorer les instruments de son professeur et à en construire lui-même. L’invention la plus surprenante de cette époque précoce était sans doute une embouchure en or qui pouvait être déplacée sur l’instrument. Seul un esprit curieux et non conventionnel pouvait avoir une telle idée. C’est à peine croyable ! Kapeller le recommanda ensuite au tout nouveau Théâtre royal de l’Isar, alors dirigé par le jeune Peter von Lindpaintner, où l’on jouait principalement des farces musicales.  Le roi Max Ier souhaitait toujours des solos de flûte du jeune flûtiste de 18 ans. Pendant la journée, Böhm continuait à travailler dans le magasin de son père et il avait toujours le temps et l’envie de fabriquer des instruments – on ne pouvait pas encore prévoir où tout cela allait mener.

Voici un premier petit intermède pour les personnes intéressées par la technique : la flûte traversière était à l’origine un tube en bois sans clés, avec un trou ovale dans le tiers supérieur et des trous pour les doigts des deux mains. Une première clé pour le petit doigt de la main extérieure a probablement été ajoutée entre 1660 et 1670 en France par Hotteterre. Cela augmentait déjà considérablement la facilité de jeu. Quantz – flûtiste, compositeur et surtout connu comme professeur de Frédéric le Grand – a ensuite monté la deuxième clé sur la flûte traversière en bois, à l’origine à une clé, jusqu’à sa mort en 1773, essayant ainsi d’améliorer un premier grand problème de nature technique d’intonation.

Cette chapelle royale avait été réunie en 1778 avec la chapelle de la cour de Mannheim et comptait parmi les meilleurs orchestres du monde musical de l’époque. L' »école de Mannheim » a jeté les bases de ce que l’on entend aujourd’hui par orchestre. Et avec le déménagement de la cour de Mannheim autour du prince électeur Karl Theodor, le centre de gravité de cette école s’est déplacé vers Munich.  Böhm a donc pu se familiariser avec le répertoire actuel et voir des virtuoses itinérants comme Louis Spohr ou Franz Liszt.

1820 est alors une année importante pour lui. Depuis quelque temps déjà, il avait commencé à prendre des cours de composition et présentait son opus 1 – un concerto pour flûte dédié à Anton Bernhard Fürstenau, le plus grand virtuose de la flûte de l’époque. Et : en octobre, il se marie avec Anna Rohrleitner, avec laquelle il fondera une grande famille.

C’est à partir de ce moment-là que son étoile de flûtiste a commencé à grimper. Pendant 6 ans, il se produit à Leipzig, Dresde, Berlin, Vienne, Zurich, Londres, Prague et Strasbourg, et voyage en Italie et en Suisse. Il devint rapidement l’un des virtuoses les plus connus et les plus convaincants d’Allemagne. Il a joué dans les mêmes concerts que Paganini et la légendaire soprano colorature Angelica Catalani. Au cours de ses voyages, il fit également la connaissance de flûtistes et de facteurs de flûtes anglais, qui ne se contentaient pas de réfléchir à l’amélioration de l’instrument – l’Angleterre était déjà à l’époque un pays particulièrement passionné par la flûte. C’est surtout le son plus puissant des insulaires qui a fait réfléchir Böhm à la perce du tuyau. Mais les nombreux problèmes rencontrés lors de la saisie de certaines combinaisons de sons ne le laissèrent pas non plus indifférent.

Cela nous amène donc au deuxième intermède : les trous de la flûte étaient en effet fermés directement avec le bout des doigts. Il en résulte naturellement une dépendance de la position et de la taille des trous par rapport à la taille de la main humaine. Or, cette position ne correspond pas forcément à la position acoustiquement correcte. En bref, le problème des flûtistes est le suivant : Premièrement, avec neuf doigts (un pouce soutient l’instrument et ne peut donc pas être utilisé), il faut ouvrir ou fermer le plus possible 12 trous dans l’ordre pour remplir une octave (pour les lecteurs qui ne sont pas très versés dans la théorie musicale, une octave se compose de 12 demi-tons, c’est-à-dire qu’à l’intérieur de l’octave, le musicien doit pouvoir prolonger ou raccourcir un peu la longueur de la colonne d’air vibrante 12 fois, en ouvrant ou en fermant une clé ou un trou). Et deuxièmement, ces trous sont parfois trop espacés pour l’envergure des doigts. Ce problème a pu être réduit dans un premier temps en comblant de grandes distances par des liaisons à levier, en fermant les clés et non les bouts de doigts seuls et/ou en confiant plusieurs tâches à un doigt.

En 1828, Theobald Böhm a donc ouvert son propre atelier de fabrication de flûtes, car la qualité des instruments des autres facteurs de flûtes ne le satisfaisait tout simplement pas. Dans un premier temps, il se concentra sur les aspects techniques plutôt que sur la sonorité. Il remplaça les chevalets en bois par des colonnes en métal pour le montage des huit à neuf clés et reprit l’idée anglaise de placer une coulisse d’accord à la tête. En revanche, il a pu renoncer à plusieurs parties centrales de longueurs différentes pour les différents accords, comme c’était le cas pour les flûtes de Quantz par exemple. Ses instruments se distinguaient par une finition artisanale exceptionnellement soignée des matériaux que sont le bois, l’ivoire et le laiton. Leur élégance et leur précision ont été comparées par les contemporains à des instruments astronomiques. Les flûtes de Boehm ont trouvé des acheteurs enthousiastes, principalement en France et en Angleterre. C’était surtout en raison de leur extraordinaire précision, mais aussi parce qu’elles étaient beaucoup plus faciles à jouer. Mais il manquait toujours à Boehm (comme il s’écrivait depuis ces jours-là) le son puissant qu’il avait tant admiré chez ses collègues anglais.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Peut-être avait-il besoin d’un peu de recul, peut-être était-il contrarié par le peu d’écho dans son pays d’origine, ou peut-être voulait-il se plonger encore plus profondément dans l’industrialisation et la technicisation qui tenaient le monde de l’époque en haleine.  Quoi qu’il en soit, il se sépare de son atelier en 1839 et le confie à un collègue.

Comme dans les années précédentes, on aimait à l’époque de Böhm adapter ou varier des mélodies connues. Voici la chanson originale de la variation ci-dessus :

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Avec son ami et physicien Carl Erich von Schafhäutl, il a ensuite développé un procédé breveté pour une fonte plus pure du minerai de fer. Il découvrit une possibilité de réutiliser les gaz produits lors de la fonte, inventa une lunette reliée à une carte géographique pour lutter contre les incendies et bien d’autres choses encore. Malheureusement, l’une de ses nombreuses expériences lui a causé des dommages irréversibles à la vue. Mais malgré tout, il continuait à se demander comment la flûte pouvait produire un son plus volumineux. Et c’est là que le physicien Schafhäutl lui a été d’une grande utilité en l’initiant aux principes de l’acoustique.

Ce qui nous amène à la troisième petite digression : la perce (c’est-à-dire l’intérieur du tube de la flûte) des premiers instruments était conique. Tous les instruments à vent (chalumeau, etc.) étaient soufflés à l’extrémité la plus fine, la flûte a été soufflée pendant des siècles à l’extrémité la plus épaisse, probablement tout simplement parce que c’est ainsi qu’on a commencé à le faire à un moment donné, quelle qu’en soit la raison. Citation de Böhm : « Je n’ai jamais vraiment pu comprendre pourquoi … seule la flûte devait être soufflée à son extrémité épaisse, puisque (les) … sections de la colonne d’air devenant de plus en plus courtes au fur et à mesure de l’augmentation de la hauteur du son (devaient) également devenir relativement plus fines ». Exactement ! Si l’on observe la façade d’un orgue, on constate immédiatement que les tuyaux les plus longs sont plus épais et les plus courts plus fins.

Ce problème de sonorité ne le quitta pas. A partir de 1844, il se consacre à nouveau à la fabrication de flûtes dans son propre atelier avec un nouveau partenaire. En 1846, tout est prêt. Pour la première fois, un tube métallique cylindrique est utilisé à titre d’essai comme corps de flûte au lieu du tube en bois de forme conique inversée. Pas si simple, car il fallait souder des cheminées pour pouvoir faire fermer les trous par des clés. Le bois est beaucoup plus facile à travailler. Les premières notes furent convaincantes et c’est ainsi que la flûte traversière actuelle, généralement argentée, appelée aussi flûte Böhm, a commencé sa marche triomphale.

C’était la révolution dans la facture instrumentale. Pour la première fois, la construction d’un instrument reposait uniquement sur des bases physiques, et pour la première fois, un tuyau en argent était utilisé pour construire un instrument à vent en bois. En fait, l’orfèvre expérimenté Böhm n’avait utilisé des tubes métalliques que pour obtenir des données de mesure plus pertinentes, et il fut lui-même plus que surpris par les résultats sonores.

Et voici la dernière digression : la flûte de Bohème est-elle encore un instrument à bois ? Ne devrait-elle pas être classée parmi les cuivres ? Non…

En effet, on s’est mis d’accord pour regrouper les instruments à vent en fonction de leur production de son. Pour les instruments à vent en bois, le son est produit par un bord de soufflage ou une anche. Les instruments à vent en bois sont donc toutes les flûtes, les hautbois, les clarinettes, ainsi que les saxophones et les bassons. Les instruments à vent en cuivre ont besoin d’une embouchure en forme d’entonnoir pour produire le son, grâce à laquelle les lèvres de l’instrumentiste produisent le son caractéristique. Ils comprennent les trompettes, les trombones, les cors, les tubas, mais aussi le cornet à bouquin, un instrument en bois. Si l’on écoute le son de tous les instruments, on s’aperçoit que le regroupement est si judicieux.

 

En 1848, Boehm dut prendre une retraite anticipée en tant que flûtiste de l’orchestre royal de la cour de Bavière, car sa vue endommagée l’empêchait de lire beaucoup de notes. Il recommence à enseigner avec dévouement – on parle de 100 élèves – et à se produire en soliste.

Et c’est à nouveau la même chose : à Paris et à Londres, lui et le nouvel instrument sont accueillis avec enthousiasme. Berlioz déclare qu’après que Boehm ait construit son instrument, toutes les flûtes traversières plus anciennes ne seraient plus utilisables que pour la foire. En 1855, Boehm reçoit la première de plusieurs médailles d’or à l’exposition universelle de Paris. Entre-temps, il avait complètement repensé la mécanique et obtenu une intonation beaucoup plus précise grâce à des calculs physiques. Par la suite, il construisit de nombreux instruments de ce type, « inventant » comme en passant la flûte alto. Aujourd’hui, il existe encore environ 300 flûtes de Boehm et de son atelier. Environ la moitié d’entre elles peuvent être admirées dans des musées du monde entier.

Il faut absolument citer ici le flûtiste Konrad Hünteler : La flûte des années 1810 – donc avant Boehm – était comme « une (vieille) maison qui, au fil du temps, était devenue si confuse à cause de nombreuses annexes, encorbellements… et mansardes, que personne ne pouvait plus s’y retrouver dans la disposition compliquée des couloirs … et des cages d’escalier ».  La crainte d’un changement complet du système de préhension, pour lequel la technique des doigts doit en effet être entièrement réapprise, a apparemment toujours prévalu. Personne avant Theobald Boehm n’a osé y toucher fondamentalement et inventer une flûte entièrement nouvelle.

La liste de ses compositions ne comprend que 37 œuvres avec numéro d’opus et 54 arrangements sans opus, dont beaucoup pour la flûte alto. Il existe des comptes rendus de concerts euphoriques et ses compositions ont également été imprimées en grand nombre en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Quel dommage que la flûte alto, tant aimée par Boehm lui-même, n’ait trouvé que très peu de place dans la littérature et les salles de concert.

En 1860, il céda une deuxième fois son atelier et se retira lentement de la vie professionnelle. Il continua à s’occuper de la correspondance et du contrôle final. En outre, il réfléchissait inlassablement aux optimisations possibles et jouait quotidiennement de son instrument, de préférence, comme nous l’avons dit, de la flûte alto. Il se sentait très à l’aise au sein de sa grande famille et entretenait de bonnes relations avec ses sept fils et sa fille.

En 1881, Theobald Boehm décéda à l’âge de 87 ans dans sa maison familiale.

Entre-temps, le monde germanophone de la flûte s’est naturellement laissé convaincre par la géniale réinvention de la flûte traversière par Boehm. Aujourd’hui, les orchestres du monde entier ne jouent plus que la flûte de Boehm. Dans les années qui ont suivi, son mécanisme a également été appliqué à la clarinette. Et cette clarinette avec système Boehm est également jouée dans le monde entier, sauf – vous l’aurez certainement deviné – en Allemagne.
YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Le monde de la flûte continue bien sûr de tourner. Dans ce petit film, on peut voir et entendre les principaux instruments d’orchestre de la famille des flûtes.

A la fin du XIXe siècle, le mécanisme de Boehm a également été appliqué aux tuyaux de cuivre à six trous qui, avec le petit tambour, constituaient jusqu’à cette époque le son typique de l’infanterie. Le plus haut de tous les instruments d’orchestre a ainsi vu le jour – le piccolo ou, en bref, le piccolo.

La flûte basse est un cas étrange. Étrange parce qu’elle devrait en fait s’appeler flûte ténor si l’on s’en tient strictement à sa position. Elle est en effet exactement une octave plus basse que la flûte « normale » en do.

Et il existe bien entendu des instruments plus graves, comme la flûte contrebasse en do.

Certains seront peut-être étonnés d’apprendre que de nombreux flûtistes modernes reviennent volontiers aux flûtes en bois proposées par quelques fabricants de flûtes connus – avec mécanique Boehm, bien entendu.

Verwendete Literatur:

Adorjan, Andras (Hrsg.) u.a.: Lexikon der Flöte, Laaber 2009
Boehm, Theobald: Die Flöte und das Flötenspiel, Frankfurt/Main 1980 (Reprint)

Vous souhaitez être informé des dernières activités ?

Tous les articles sur l’histoire de la flûte

Histoire de l’Autriche

Greffiers de la ville

Pin It on Pinterest

Share This