Sous le poirier

L’autre jour, j’ai pris le temps de feuilleter la liste des livres les plus vendus de ces dernières années.

En haut de la liste figurent bien sûr les romans policiers et les thrillers, suivis des guides et des ouvrages non romanesques. Les romans se trouvent tout en bas, et alors seulement en tant que spectacles historiques ou drames romantiques.

Bien sûr, j’ai réfléchi aux raisons pour lesquelles la bonne littérature est si difficile aujourd’hui.

Je pense que l’une des raisons est que le monde actuel est devenu trop complexe pour que les gens puissent s’y retrouver. Il est donc sans doute judicieux de traiter un roman policier, par exemple, qui suit simplement et clairement ses règles.

Un acte. Un coupable. Quelqu’un qui se soucie. Qui est confronté à un mystère et le maîtrise par la seule force de sa personnalité.

Pendant ce temps, le lecteur peut s’asseoir, tout observer et attendre la fin avec un agréable frisson. Pour ensuite mettre le livre de côté et se consacrer à nouveau à sa vie.

Sans être dérangé, car il est rare que les questions qui touchent à l’essence de l’être humain et qui dépassent le cadre du livre restent sans réponse.

J’ai trouvé une approche différente dans le nouveau livre de l’auteur américain J. M. Twenge. Dans « Me, My Selfie and I », elle parle de la façon dont les gens se retrouvent bloqués à un stade de développement plus précoce en raison de l’influence des nouveaux médias. Qu’ils deviennent adultes de plus en plus tard ou qu’ils prennent du retard dans leur développement à l’âge adulte.

J’aime cette théorie et, sur de nombreux points, elle confirme ce que nous pouvons observer jour après jour.

Cela explique aussi beaucoup de choses en termes de belle littérature.

Parce qu’une bonne littérature soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Il touche des niveaux plus profonds de notre être, nous permet de regarder derrière le voile du quotidien et nous donne des aperçus plus profonds de la nature de l’homme.

Mais beaucoup d’entre nous sont maintenant comme des enfants. Nous voulons entendre des histoires passionnantes. Des histoires où il se passe quelque chose et où le chatouillement de la nouveauté ne cesse jamais.

Ce qui, bien sûr, est aussi dû à notre époque. Parce qu’à force de passer des années insensées devant la télévision ou de se cacher derrière des livres et des pensées banales, notre cerveau a changé et est avide d’excitation et de divertissement.

Et nous repoussons tout ce qui pourrait nous arracher à cet état crépusculaire.

Néanmoins, aujourd’hui, je voudrais parler d’une histoire de crime. L’histoire d’un crime d’avidité. L’objectif de « Unterm Birnbaum » n’est pas le crime lui-même, mais le monde des pensées et des sentiments d’un meurtrier et de sa femme.

Abel Hradscheck est un mauvais hôte. Il joue, boit et jette son argent par la fenêtre à deux mains.

Il est peut-être simplement malheureux, car sa femme Ursel est adaptée et satisfaite en apparence, mais elle ne pourrait jamais se contenter de son déclin social et de la vie de femme d’aubergiste et essaie de couvrir son vide intérieur avec du luxe et de petits cadeaux.

Mais à cause des dettes croissantes, le bâtiment laborieusement construit de sa vie menace de s’effondrer.

Abel ne voit qu’une seule issue : le meurtre d’un vendeur ambulant et le vol de l’or qu’il a apporté avec lui.

Il manipule donc sa femme, car il sait que son cauchemar est de redevenir pauvre : « La pauvreté est le pire, pire que la mort ».

Mais la femme d’Abel ne peut pas faire face à ce qui s’est passé. Elle tombe malade et meurt, incapable d’exprimer ses sentiments et de vivre avec sa culpabilité.

Hradscheck, en revanche, n’est pas troublé par ce qui s’est passé. Même après la mort de sa femme, il vit dans un tourbillon, apparemment intact et seulement pour le moment. Mais sous la surface, le ver se fraye un chemin dans son âme et dénature sa vie.

Th. Fontane n’a pas écrit un roman policier classique. Il a plutôt créé une peinture sombre et montre ce qu’un crime fait aux gens et à quel point il les change. Jusqu’à la fin.

C’est l’un des rares ouvrages de littérature policière que j’ai lu et que je peux vous recommander.

Vous souhaitez être informé des dernières activités ?

Le gâteau Sacher

L’origine de l’opérette

Ida Presti

Pin It on Pinterest

Share This