Syrinx  ou  « La Flûte de pan »

de Anja Weinberger

Ce petit morceau pour flûte seule ne cesse de toucher mon cœur. Je le connais depuis ma deuxième année d’apprentissage de la flûte.

Et je me souviens encore très bien du moment où il est entré dans ma vie. A l’époque, il n’y avait ni Internet ni téléphone portable et le réseau était tout autre. Tout ce que l’on voulait savoir, il fallait le lire – à la bibliothèque municipale, à l’école ou chez le professeur d’instrument. Et pour savoir quelle littérature ou quelles partitions il y avait, il fallait avoir un professeur qui ouvrait volontiers son armoire à partitions. Mon premier professeur n’était malheureusement pas comme ça, mais il lui arrivait de raconter un peu, plus en passant et par inadvertance. C’est alors que ce nom étrange de « Syrinx » a été prononcé.

Avec mes parents, nous allions très souvent en Hongrie chez des amis pendant les vacances. Et à chaque fois, nous passions une journée à Budapest, car il y avait là de merveilleux cafés, les bains de Gellért, le beau Danube bleu et deux marchands de musique. J’avais le droit de dépenser l’argent changé dans ces magasins merveilleux et il faut dire honnêtement que les partitions étaient bon marché dans le bloc de l’Est de l’époque. La plupart du temps, j’avais avec moi une liste de camarades de classe, de la maîtresse ou d’amies. Car tout ce dont on avait besoin était également publié chez Peters/Leipzig. Les partitions de Haendel, Bach, Telemann et Beethoven étaient donc beaucoup plus abordables par ce biais que chez moi à l’Ouest. C’est ainsi que j’ai pu, dès mon plus jeune âge, me constituer une bibliothèque de partitions considérable.

Cette année-là, je me trouvais donc à nouveau devant un magnifique comptoir de style Art nouveau, une haute pile de partitions devant moi, que je pouvais feuilleter. La plupart des cahiers étaient en papier plutôt grossier d’Editio Musica Budapest, Sikorski ou une autre maison d’édition d’Europe de l’Est. Entre les deux, il y avait les éditions Peters vertes typiques.  Je cherchais surtout les sonates de Halle de Haendel et le vendeur n’en revenait pas que je les veuille trois fois. Et juste en dessous, donc mal classé, se trouvait un petit carnet vert très fin de Peters, avec l’inscription DEBUSSY – SYRINX. Sans réfléchir longtemps, je l’ai posé sur ma pile de notes déjà haute de 5 bons centimètres et mon père a tout payé. Ensuite, juste à côté, il y avait des Somlauer Nockerln avec du cacao pour moi, et pour mes parents, du café et je ne sais quel délicieux gâteau de la Monarchie danubienne.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Pendant mes vacances en Hongrie, je n’avais jamais emporté de flûte, car les contrôles aux postes frontières étaient toujours assez excitants. Pour son amie Ilonka, ma mère avait emporté de nombreux flacons de fixateur pour cheveux et une quantité de bas nylon, il ne fallait donc pas que le poste frontière attire également l’attention sur nous par un instrument de musique. Mais même sans flûte, j’ai bien sûr feuilleté les nouvelles partitions, avec la vue sur le lac Balaton et l’odeur de Kesselgulasch ou de Lecsó dans le nez. C’est ainsi que j’ai pu jeter un coup d’œil pour la première fois à la musique de Claude Debussy.

Quelle différence avec tout ce que je connaissais à l’époque. Pas de doubles croches régulières comme dans les sonates de Bach, ni d’autres schémas musicaux que je connaissais. Non, et déjà la tonalité : ré bémol majeur – du moins c’est ainsi que je l’ai déduit à l’aide de mes doigts – cinq bémols, donc ré bémol majeur. Dès la première ligne, la première fermate, elle aussi étrange ! Et puis le rythme – il me fallait beaucoup de coups de crayon pour marquer les noires.

De retour à la maison, j’ai emporté le cahier de notes au cours de flûte et ma professeure m’a dit ce que je dirais aujourd’hui à un élève de deuxième ou troisième année : « En fait, c’est trop difficile pour toi ». Elle avait bien sûr raison. J’ai donc mis les partitions de côté, mais je les ai feuilletées à plusieurs reprises et j’ai même essayé quelques notes – difficile. Je n’avais jamais entendu ce morceau non plus. Comment le pourrais-je ? Dans ma ville natale, il y avait bien un orchestre symphonique, mais les concerts de musique de chambre n’étaient pas au programme.

Peut-être un an plus tard, j’ai reçu pour Noël un disque du flûtiste nord-irlandais James Galway, avec tout ce que l’on pouvait jouer de Debussy à la flûte et au piano, c’est-à-dire un grand nombre d’arrangements. Et tout à la fin, pour ainsi dire en prime, Syrinx. J’ai failli ne pas le voir. Je savais donc maintenant à quoi pouvait ressembler ce mélange de notes. Rien à voir avec mes tentatives pesantes – le début est à la fois planant et pénétrant. Plus tard, la flûte devient plus exigeante, puis euphorique. Et à la fin, après un petit tourbillon, elle revient au calme. J’étais stupéfait, envoûté et plein d’énergie.

Puis – à nouveau quelque temps plus tard – j’ai changé de professeur. Ce deuxième était très différent ! Il rayonnait d’enthousiasme, jouait d’une flûte rouge et or et était flûtiste à l’orchestre symphonique de Hof. Son son était plein et clair, et il enseignait avec beaucoup d’engagement, de manière stricte, mais aussi avec beaucoup d’attention. Dès le début, il m’a dit que la littérature pour flûte seule était très importante, car c’était la seule façon de ne pas s’appuyer sur quelqu’un d’autre, par exemple au piano, mais de faire de la musique de manière totalement autonome et avec toute sa force. Il a commencé par mettre une petite sonate pour piano solo de Stamitz sur le pupitre, et dès la troisième ou quatrième heure, j’ai osé apporter le petit cahier vert de Peter.  Je lui ai demandé si nous pouvions travailler ensemble sur ce sujet. Il était étonné, mais pas hostile. J’ai de nouveau entendu cette phrase « c’est en fait trop difficile pour toi », mais cette fois avec une toute autre insistance sur eigentlich. Et c’est parti. Deux lignes chaque semaine, c’était impossible de faire plus. Nous avons joué et joué encore. Souvent en même temps, pour que je puisse apprendre le phrasé. Parfois, il jouait avant et moi après. Nous jouions par la fenêtre et essayions de ne pas nous laisser déstabiliser par les cloches de l’église Saint-Michel toute proche. Ou alors il me conseillait d’essayer d’utiliser les cloches comme métronome très peu rythmique, car on joue Debussy plus librement que Bach par exemple. Dans les notes, il était écrit à certains endroits de faire sonner du bleu ou du vert – je n’aurais jamais imaginé il y a quelques semaines que la musique puisse avoir un rapport avec les couleurs.

Parallèlement, je m’entraînais bien sûr toujours à d’autres morceaux, car en janvier prochain, le concours « Jugend musiziert » devait être au programme pour moi. J’avais beaucoup appris en quelques mois avec mon nouveau professeur. Sa femme était également flûtiste et, pour la première fois, je me suis rendu compte que la musique pouvait déterminer toute la vie d’une famille. J’étais très impressionné et je m’entraînais assidûment. Pour le concours, seuls des morceaux pour flûte et piano entraient en ligne de compte, mais ils devaient provenir de trois époques différentes. Et là aussi, un nouveau monde s’est ouvert à moi avec la sonate de Paul Hindemith. Pour la première fois, j’avais en main une édition de Schott – gris argenté à l’extérieur avec une bordure blanche. J’ai trouvé cela très joli et inhabituel.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Grâce au concours national et régional « Jugend musiziert », j’ai fait la connaissance de nombreuses personnes et pour la première fois, j’ai pensé que la musique pourrait peut-être devenir mon métier.

Mais les choses se sont passées autrement. J’ai commencé des études de médecine à Munich et j’ai pu suivre en parallèle des cours au conservatoire de musique en tant qu’externe. C’était une période formidable ! Des notes s’échappaient de toutes les pièces, chacun portait une sacoche d’instrument et là aussi, j’ai beaucoup appris. Je jouais dans l’orchestre des étudiants et l’un des chefs d’orchestre était également organiste dans une grande église de la région de Munich. Il m’a demandé si je n’avais pas envie d’animer la nuit de Pâques, car l’orgue est censé se taire jusqu’à la résurrection. C’était excitant, mais j’ai accepté. Qu’est-ce qu’on peut bien jouer ?

C’est donc la première fois que je joue en public : Syrinx. J’ai en outre choisi les mouvements lents des sonates en la mineur de Bach père et fils et j’ai été surpris par mon propre courage. Mais il n’y avait plus rien à faire, car la nuit de Pâques approchait. Entre-temps, je pouvais bien sûr jouer la partition de Syrinx, du moins sans erreur. Mais je ne m’étais toujours entraîné que dans une salle de l’université ou dans ma petite chambre. J’attendais donc avec impatience la première occasion de pouvoir jouer dans la grande nef romano-gothique et de tout essayer. Malheureusement, cela n’a été possible qu’une seule fois, le samedi soir de Pâques. J’ai donc pris le S-Bahn en direction du nord, j’ai dû marcher encore quelques minutes et j’ai vu de loin l’immense bâtiment.

Comme prévu, une porte latérale était ouverte et j’ai pénétré dans l’église plutôt sombre et fraîche. J’ai déballé ma flûte sur l’un des bancs et j’ai placé le pupitre au centre. J’ai d’abord essayé timidement quelques notes isolées, et c’était déjà magnifique. Mais la nuit de Pâques, la musique ne devrait-elle pas venir d’en haut, ne devrais-je pas plutôt jouer dans la galerie ? Oui, ce serait vraiment mieux. Alors, on remballe tout et on cherche l’escalier. On parcourt de longues distances dans une si grande église, c’est à peine croyable. Arrivé en haut, j’avais plutôt froid, mais je voulais surtout me mettre au travail.

Et c’est ce que j’ai fait : j’ai commencé par jouer la belle Sarabande de la Partita en la mineur de Johann Sebastien Bach. Je me suis rendu compte qu’il y avait beaucoup à faire dans une pièce aussi grande. J’ai presque l’impression que les notes sont cueillies directement sur les lèvres. C’est une sensation étrange, on a un peu l’impression d’être divisé en un joueur et un auditeur. La sarabande de Bach est composée de longues chaînes de croches calmes et sinueuses. Peu de points de repos, sauf à la fin de la première partie et à la fin, elle offre beaucoup d’espace pour un jeu régulier et fluide. Pour l’auditeur, c’est une musique magnifique pour se calmer – pour l’interprète, c’est un passage par presque tous les registres de la flûte.

Puis le premier mouvement de la Sonate pour piano solo en la mineur de Carl Philipp Emanuel. À l’époque, je ne savais pas grand-chose de l’histoire de la musique, et encore moins de l’époque passionnante dans laquelle vivaient les fils Bach. Je trouvais juste très étrange que le mouvement lent d’une sonate soit placé au début et non entre les deux mouvements rapides. D’une certaine manière, j’ai aussi perçu qu’il s’agissait d’un tout autre type de musique, bien que peu de temps se soit écoulé entre le père et le fils. Ce mouvement est lui aussi composé en grande partie de croches et de doubles croches, mais en 3/8 et dans une sorte de double tonalité. A la fin, il y a même une petite cadence, ce qui nous rapproche clairement de la musique classique – c’est ainsi que je l’expliquerais aujourd’hui à mes élèves. A l’époque, je trouvais cela étrange. Mais quoi qu’il en soit, ce mouvement était également magnifique à jouer dans la grande église à trois nefs.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Il ne manquait plus que Debussy. Entre-temps, j’avais les pieds gelés et les mains n’étaient plus très souples. Malgré tout, j’étais très impatient. Et dès les premières notes, j’ai compris que c’était tout simplement merveilleux de jouer ce type de musique dans ce type d’espace. Plus qu’avec la musique des époques précédentes, on peut jouer avec l’espace, laisser flotter les sons, savourer les fermetures. Quel dommage que Syrinx ne comporte que 35 mesures. J’ai joué et rejoué les quelques lignes plusieurs fois, jusqu’à ce que mes mains ne puissent plus bouger. Il faisait tout simplement trop froid et, comme je l’ai soudain constaté, il faisait déjà presque nuit. C’est effrayant d’être si seul dans une église si grande et si confuse. J’ai vite fait mes bagages, pris les escaliers pour descendre et me suis glissé par la porte, heureusement encore ouverte. Le S-Bahn m’a ramené au centre-ville, pour me ramener quelques heures plus tard à la nuit de Pâques à Saint Castulus.

C’était un service magnifique, avec seulement quelques bougies, le pupitre a été équipé d’une lampe de pupitre, l’assemblée a été enthousiasmée par l’idée de son chantre et par la musique de flûte. Après la résurrection, l’orgue bruissait à nouveau et tous chantaient avec joie « Le beau jour de Pâques ».

Puis, après quelques semestres, j’ai décidé de ne pas faire de médecine et de me consacrer entièrement à la musique. J’ai étudié la musique d’orchestre pendant huit semestres et j’ai suivi de nombreux cours partout en Allemagne pendant les vacances universitaires. Syrinx était toujours de la partie. Je me suis vite rendu compte que mes tentatives précédentes n’étaient pas encore vraiment à la hauteur de ce morceau intense. J’avais utilisé mes moyens de l’époque et ceux-ci se résumaient justement à mes expériences d’élève, surtout dans le domaine de la musique baroque.

Au cours des années suivantes, j’ai beaucoup appris sur l’évolution de la musique, sur la musique nationale, sur les compositeurs géniaux et sur le pouvoir des éditeurs de partitions. Je me suis procuré la première édition Urtext de Syrinx aux éditions Henle (j’aime aussi particulièrement ces partitions dans leur gris-bleu très élégant avec une écriture claire). Cette édition ne m’a pas vraiment aidé, mais j’ai trouvé très agréable d’avoir des notes devant moi sur un papier lisse avec une écriture très claire. Ce n’est que quelque temps plus tard, lorsque Schott a publié une nouvelle édition dans la série Wiener Urtext Edition, dans laquelle le flûtiste Anders Ljungar-Chapelon a expliqué en détail l’histoire de cette courte œuvre, que j’ai compris de quoi il s’agissait.

Syrinx s’appelait à l’origine « La Flûte de pan » et était une courte musique de spectacle pour le drame « Psyché » de Gabriel Mourey. Psyché raconte entre autres le mythe du dieu Pan. Mourey avait pris contact avec Debussy et lui avait demandé sa collaboration.  Debussy a alors décidé que l’instrumentation pour cette musique ne pouvait être autre que la flûte solo – précisément à cause de l’histoire de Pan.

C’est Louis Fleury, qui était à l’époque l’un des flûtistes les plus célèbres au monde, qui a créé cette courte musique de spectacle lors de la première le 1er décembre 1913. Il ne cessera de la jouer tout au long de sa carrière, notamment lors de soirées de musique de chambre, souvent cachée derrière un rideau. Ce n’est que plus tard que le titre a été changé en « Syrinx », afin d’éviter toute confusion avec d’autres œuvres. Car l’histoire de Pan, qui poursuit une nymphe qui se transforme en roseau par peur, a inspiré de nombreux compositeurs. Mais aucun n’a eu autant de conséquences que Claude Achille Debussy.

C’est donc tout naturellement que nous, flûtistes, avons inscrit cette œuvre vraiment exceptionnelle à notre répertoire.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Bibliographie utilisée :

Adorjan, Andras (Hrsg.) u.a.: Lexikon der Flöte, Laaber 2009

Vous souhaitez être tenu au courant des dernières activités ?

Lire la suite :

Le gâteau Sacher

L’origine de l’opérette

Ida Presti

Pin It on Pinterest

Share This