Un mariage ordinaire

Je dois toujours sourire quand je vois les jeunes garçons se pavaner, battre des ailes et faire du bruit, juste pour que finalement une fille les regarde.

Et parfois je pense que ce n’est qu’hier que j’ai exécuté la même danse, maladroite et pleine de joie.

Et pourtant, cela fait si longtemps que je ne sais pas ce que j’ai ressenti.

C’est peut-être pour cela que je devrais être triste et tenter à nouveau ce jeu.

Mais quand je regarde les adultes se déployer et courir après leur jeunesse perdue, je suis submergé par la lassitude et le dégoût.

Car je ne vois aucun désir, aucun espoir ou amour, seulement de la peur et du désespoir pour une vie manquée.

Et c’est aussi pourquoi j’ai décidé il y a longtemps de ne plus rejoindre ce cirque.

Bien sûr, cela me rend solitaire. Seul à une époque où tout le monde ne rêve que d’amour romantique et d’une vie pleine de passion et de l’odeur du printemps.

Mais je m’en fichais, je préférais être seul et libre que de faire partie de ce théâtre de singes pour le reste de ma vie.

À un moment donné, je suis tombé sur une cassette d’Inge Merkel, dans laquelle elle reprenait des pensées similaires et en tissait une histoire.

Un récit si vrai et si proche de la vie qu’il est presque douloureux de le lire.

Elle parle aussi de passion, d’amour et de désir, mais elle va bien au-delà. Parce qu’elle sait que ce n’est qu’une infime partie de la vie, et que ce n’est qu’après que vient quelque chose que l’on peut peut-être appeler l’amour.

Et elle parle du mariage comme « une relation dans laquelle l’homme et la femme … avant tout, ensemble et utilisant leur altérité de genre, dos à dos, face à l’existence, à la puissance écrasante du monde … Chacun des deux met en jeu ses capacités spécifiques pour faire face à cette existence, et ensemble ils ont une chance de tenir leur place dans le ressac de la puissance écrasante.

Aujourd’hui, cela semble banal pour beaucoup. Ils aspirent au seul grand amour qui changera leur vie, qui guérira tout et dans lequel la passion et l’amour seront présents jusqu’à la fin de leur vie.

Mais ce n’est que le reflet d’une culture essentiellement pauvre.

Parce que l’homme et la femme sont bien trop différents pour réussir un jour.

Toujours après un court moment de passion vient la désillusion, un moment de profonde douleur et d’étrangeté. Non pas tant par manque d’amour que parce que deux mondes étrangers se rencontrent ici.

Bien sûr, cela pourrait aussi être fertilisant, guérissant et épanouissant pour les deux partenaires, mais presque personne n’ose franchir ce pas aujourd’hui.

Nous préférons parler d’individualité et d’égalité, et par là nous n’entendons qu’un alignement de l’homme et de la femme.

Mais nous ne trouverons jamais cette égalité et plus nous nous battrons pour elle, plus nous perdrons.

Quand je regarde les gens dans ma vie, le mariage me semble être la chambre de torture du 21e siècle.

Car au lieu de voir l’autre comme une personne essentiellement étrangère qui nous donne une partie de sa vie, chacun essaie de façonner le partenaire selon son image intérieure.

Et ce faisant, il empoisonne non seulement son mariage, mais aussi la personne qu’il aime.

Inge Merkel parle d’une autre manière.

Elle connaît l’égalité de l’homme et de la femme, elle montre que Pénélope peut facilement tenir la chandelle à Ulysse et qu’elle est tout aussi intelligente et rusée que lui. Mais elle montre aussi que les choses ne comptent pas pour elle en tant que femme et pour un homme.

Car Ulysse la pousse dans le monde, devant Troie, parce que « les hommes doivent quitter la maison », parce que « ce n’est pas un homme ordonné qui ne veut pas quitter sa femme et son enfant, sa maison et sa cour pour un temps ».

Aujourd’hui, cela est souvent considéré comme une évasion, comme une trahison d’un amour vraiment profond.

Mais il s’agit simplement d’un instinct séculaire de l’homme, qui doit faire ses preuves dans un monde de personnes partageant les mêmes idées pour voir qui est le plus fort.

Une femme ne comprendra jamais tout à fait cela. Une femme peut ne jamais le comprendre non plus. Les deux mondes sont trop différents.

Mais quel homme aujourd’hui choisit encore cette voie ? Quel homme a le courage et la force de se dresser contre les limites étroites de notre temps ?

Et quelle femme permettrait que cela se produise sans se détourner de lui ?

Toujours sur le lit de mort d’Ulysse, Pénélope pose la question par laquelle tous les hommes sont soumis aujourd’hui.

« M’as-tu jamais aimé ? »

Ulysse esquive la réponse et tente de plaisanter : « Tu sais ! C’était bien de vous parler. . …malgré ta bouche… …et ce truc avec la rame était ton chef-d’oeuvre. …vous n’avez jamais été ennuyeux ».

Peut-être qu’il voulait juste un peu de paix et de tranquillité. Peut-être était-il simplement fatigué d’être un homme qui devait s’expliquer encore et encore.

Parce que tout le monde comprend Pénélope, mais qui comprend la nature de l’amour d’Ulysse ?

L’amour d’un homme est quelque chose de complètement différent de ce que nous croyons aujourd’hui. Pas ce discours d’adolescent, ce comportement immature que nous connaissons par les médias. Et pas non plus ce romantisme que la plupart des femmes réclament sans cesse pour combler leur vide intérieur et cacher leur propre insécurité.

Mais Ulysse est fatigué de tout cela et ne prononce plus les mots tant désirés par Pénélope.

Dès qu’elle voit une étincelle de sa ruse passée dans ses yeux et l’entend dire : « Que voulez-vous de plus ? Ne pas forer ».

Puis il meurt. Et Pénélope est laissée seule derrière.

C’est peut-être vrai et Ulysse ne pouvait vraiment pas aimer. Peut-être n’était-il que le héros rusé avant Troie, mais avec sa langue paralysée là où ça comptait vraiment.

Ou peut-être était-il simplement fatigué. Fatigué d’avoir à apporter sans cesse la preuve de son amour.

Sans jamais comprendre que son amour, l’amour d’un homme, est d’une autre nature.

…et donc incapable de donner à Pénélope ce qu’elle veut.

Néanmoins, le livre se termine de manière conciliante.

Parce que tous deux ont traversé le fossé qui les séparait et ont fait une partie du chemin ensemble. Un peu moins solitaires qu’avant, un peu plus droits et courageux, avec une conscience profonde de leur différence.

Et c’est plus que ce que l’on peut espérer en tant qu’être humain.

Vous pouvez en lire plus à ce sujet dans mon nouveau livre : Histoires littéraires, Histoires culturelles du monde de la littérature
Vous souhaitez être informé des dernières activités ?
Histoire culturelle de la cuisine viennoise
L’histoire de Selma Lagerlöf
L’origine de l’opérette

Pin It on Pinterest

Share This