Wilhelmine de Bayreuth

de Ute-Gabriela Schneppat

Wilhelmine de Bayreuth

de Ute-Gabriela Schneppat

Wilhelmine de Bayreuth
(* 3 juillet 1709 à Berlin ; † 14 oct. 1758 à Bayreuth)

Il ne reste aujourd’hui que peu d’œuvres des compositions de Wilhelmine von Bayreuth. La fille du roi de Prusse a consacré sa vie presque exclusivement à l’art. C’est ainsi que l’opéra de Bayreuth, aujourd’hui inscrit au patrimoine mondial de l’humanité, a été construit sous sa direction.

Enfance

Wilhelmine était la fille du roi Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, dit « le roi soldat », et de la reine Sophie Dorothea. Elle est née sous le nom de Friederike Sophie Wilhelmine de Prusse. Elle est la sœur aînée de Frédéric le Grand. Dès son enfance, elle reçut une formation musicale complète. Ainsi, sa mère rapporte dans ses lettres que Wilhelmine donnait déjà des concerts de clavecin au château de Monbijou à l’âge de six ans. Elle a également suivi des cours de luth, en partie avec son frère cadet Friedrich, notamment auprès du compositeur et luthiste Silvius Leopold Weiss (1686-1750).

« Rien ne me fait plus de plaisir qu’un aboiement Opéra mes oreilles communiquent les doux accsens de la voix jusqu’au fond de mon Coeur ». (« Rien ne me procure plus de plaisir qu’un bel opéra. Les doux accents de la voix humaine me pénètrent jusqu’au fond du cœur »). [1]

De nombreuses lettres entre Wilhelmine et Frédéric ont été conservées. Elles montrent les liens étroits entre les frères et sœurs. Notamment grâce à leur amour commun pour la musique. Ainsi, ils faisaient souvent de la musique ensemble et Wilhelmine accompagnait son frère, qui jouait de la flûte, au clavecin ou au luth. Ils titraient affectueusement leurs instruments : « la principessa » était la flûte, qui était accompagnée par « Prinz Dickbauch » – le luth.

L’éducation musicale faisait partie d’un vaste programme de formation que Sophie Dorothea faisait suivre à ses enfants. Après tout, ils devaient être un « bon parti ». Pour ses deux enfants aînés, Sophie Dorothea aspirait à une alliance avec la famille royale d’Angleterre. Les deux enfants, mais surtout Wilhelmine, souffrirent des longues années de négociations de mariage.

On sait que l’enfance de Wilhelmine a été marquée par des expériences traumatisantes. Elle a ainsi fait état de graves maltraitances de la part de sa gouvernante, qui lui a enseigné jusqu’en 1721.

À Bayreuth

La tentative d’évasion de son frère a marqué un tournant dans la vie de Wilhelmine. En réaction au soutien de son frère, Wilhelmine fut enfermée dans ses appartements pendant un an. En 1731, Wilhelmine fut mariée de force au prince héritier Frédéric de Bayreuth afin de préserver l’influence de la Prusse en Franconie. Leur unique enfant, leur fille Elisabeth Friederike Sophie, naquit le 30 août 1732. Elle rencontra cependant avec son mari une âme sœur : Son mari partageait son amour de la musique et des arts et jouait de la flûte.

Après avoir pris les rênes du gouvernement, le couple de margraves a complètement transformé la vie à la cour de Bayreuth : Ils repoussèrent l’influence piétiste et firent renaître la culture de la fête à la cour. Le fait qu’elle ait marié la maîtresse de son mari, Wilhelmine von der Marwitz, au comte autrichien Burghauss montre bien que Wilhelmine devait éprouver de l’affection pour son mari. Son frère n’était pas particulièrement ravi de cette situation, car il avait un intérêt vital à maintenir l’influence de l’Autriche à Bayreuth aussi faible que possible. Ce n’est qu’après le licenciement de la comtesse Burghauß du service de Bayreuth que les relations entre les frères et sœurs se sont à nouveau détendues.

À partir de 1734, Wilhelmine de Bayreuth prit des cours de composition, d’écriture musicale et de basse continue. C’est également à cette époque qu’elle apprit à jouer du violon. Et pendant une courte période, elle prit des cours de chant. Elle commença à composer ses premières œuvres. Mais peu d’entre elles sont parvenues jusqu’à nous. Fin 1937, elle a également pris la direction de la Hofmusik.

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Son influence dans le monde artistique de Bayreuth est encore visible aujourd’hui. En effet, dans le cadre de son activité de mécène, elle a fait construire l’Opéra, qui a été inauguré en 1749 pour le mariage de sa fille. Celui-ci fait aujourd’hui partie du patrimoine culturel mondial. Wilhelmine a également dirigé l’opéra de Bayreuth pendant vingt ans.

Wilhelmine s’efforça d’établir à Bayreuth une société de cour selon le modèle français. Elle trouva du soutien auprès de Voltaire, qui lui procura le marquis Honneste d’Adhémar comme chambellan. D’autres nobles français se succédèrent à la cour de Bayreuth.

Outre la musique, Wilhelmine de Bayreuth s’intéressait également aux beaux-arts, à la littérature et à d’autres arts. En 1752, elle fut admise à l’Accademia dell’Arcadia de Rome en tant que bergère Cleorinda Aracinzia. Afin de relier les arts entre eux, elle fonda l’Académie des arts en 1756. Les œuvres d’art qu’elle a rassemblées, en particulier les pièces antiques, ont constitué la base de la collection d’antiquités de Berlin.

Ses dernières années, après le déclenchement de la guerre en 1756, furent non seulement assombries par le conflit de loyauté entre les intérêts de son frère et ceux de Bayreuth, mais aussi par de graves maladies.  Wilhelmine mourut le 14 octobre 1758 à Bayreuth et fut inhumée dans le caveau des margraves de l’église du château.

Œuvres

« La musique de son opéra ‘Argenore’ nous révèle Wilhelmine comme une compositrice ambitieuse, connaisseuse et soigneuse : l’élaboration artisanale solide et différenciée sur le plan affectif des airs remarquablement dimensionnés et dotés d’une colorature virtuose somptueuse impressionne tout autant que la conception déclamatoire précise et harmoniquement exigeante des récitatifs ». [2]

YouTube

Mit dem Laden des Videos akzeptieren Sie die Datenschutzerklärung von YouTube.
Mehr erfahren

Video laden

Malheureusement, peu d’œuvres de Wilhelmine ont été conservées aujourd’hui. Beaucoup ont probablement été détruites lors de l’incendie du château de Bayreuth en 1753.

Une sonate pour flûte et basse continue en la mineur a probablement été composée au début des années 1730. En outre, l’opéra en trois actes « Argenore », auquel on attribue des traits autobiographiques, a été conservé. Il y est question d’un père impitoyable et du mariage forcé de sa fille.

La paternité d’un concerto pour clavecin et de deux airs pour la Festa teatrale « L’Uomo » est aujourd’hui remise en question.

Perspectives

A l’occasion du 200e anniversaire de Wilhelmine, le semi-opéra « Wilhelmine » a été créé le 25 avril 2009 à l’Opéra margravine de Bayreuth.  Le texte a été écrit par Uwe Hoppe, la musique par Hans Martin Gräbner. Hans Martin Gräbner a également écrit une comédie musicale sur Wilhelmine, au style complètement différent, qui attend encore d’être jouée pour la première fois.

Sources
1 ….. Brief Wilhelmines an Friedrich II., Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, BPH Rep 46 W 17, Bd. II,3, fol. 33 recto. Quelle
Vous souhaitez être informé des dernières activités ?

Der Leiermann Buchverlag

Les femmes dans l’art et l’histoire
Les femmes Habsbourg oubliées

Pin It on Pinterest

Share This